NAHOURINEWS
Economie La Une Société

Tiébélé : un chantier du marché communal arrêté à cause de la mauvaise qualité de matériaux utilisés

Les autorités de la commune de Tiébélé, avec à leur tête le 1er adjoint au maire et le préfet du département, ont ordonné, le samedi, 16 octobre dernier, la suspension d’un chantier entrant dans le cadre de l’extension du marché communal de Tiébélé. La cause ? Les briques pleines utilisées pour la construction seraient de mauvaise qualité.

Le chantier en construction en question.

Tout serait parti d’une journée de nettoyage organisée par les jeunes du mouvement dénommé « Osons lutter » pour rendre le marché de Tiébélé propre. Une fois arriver sur les lieux du marché en plein chantier, ces derniers ont constaté avec beaucoup de regrets que les briques pleines utilisées pour les travaux n’étaient pas de bonne qualité. En effet, de passage aux côtés des maçons en pleine construction du marché, les jeunes disent avoir constaté que les briques utilisées étaient mal confectionnées. Elles étaient déjà par endroits endommagées avant même qu’on les utilise. « Par simple main ont pouvait démolir les briques et on ne peut pas comprendre qu’une brique pleine puisse être détruite par deux doigts», explique le porte-parole du groupe, Ouêbalena Oussalé. «C’est ainsi que nous avons décidé d’interpeller les premiers responsables de la commune et en même temps demander aux maçons d’arrêter le travail. Ça faillit tourner mal mais bon, Dieu merci, il y’a eu plus de peur que de mal», relate un autre témoin.

C’est avec beaucoup d’étonnement que les jeunes ont fait le constat des briques.

Les jeunes disent avoir pris cette décision de faire arrêter les travaux parce que «quand ils vont finir de construire, le marché reviendra à nos femmes et à nous-mêmes. Nous ne pouvons donc pas laisser des maisons tomber sur nos enfants plus tard». Après quelques tractations entre eux et les maçons, il a fallu l’intervention du préfet du département, Kassoum Gouba et le maire adjoint, Nakouati Nafi qui se sont rendus sur les lieux, en compagnie de quelques éléments de la défense et de sécurité, pour mieux comprendre le problème. Après constat, Monsieur Gouba a aussi reconnu la mauvaise qualité des matériaux, selon la délégation des jeunes. Il donc ordonné l’arrêt du chantier jusqu’à ce qu’un contrôle soit effectué. «A leur arrivée, ils ont constaté que nous avons raison. Ils ont donc décidé d’arrêter les activités. Le chef de chantier lui-même était là. Il a essayé de se justifier mais ça ne tenait vraiment pas », nous confie T.T.

La jeunesse était bien mobilisée pour la propriété du marché.

Le lendemain, 17 octobre, le préfet a même organisé une rencontre qui a duré près de 4h d’horloge, entre une délégation du mouvement et le maire de la commune, pour discuter sur ce sujet. Selon le 1er adjoint au maire, c’est le mercredi, 20 octobre 2021, que le contrôleur du chantier doit arriver pour voir les travaux « et ensemble on décidera de la suite à donner ».

Aristide ASSOUBONA (stagiaire)

 

Cela peut vous intéresser

Laisser un commentaire