NAHOURINEWS
Culture La Une

Renforcement de capacités : des jeunes femmes s’initient à la peinture murale traditionnelle Kassena

Le 6 mars dernier, l’association Djoawolim pour le Développement (ADD) lançait officiellement son projet intitulé « Projet de formation de jeunes femmes en peinture murale traditionnelle kassena à la cour royale de Tiébélé ». Un projet cofinancé par le Fonds de Développement culturel et Touristique (FDCT), une institution du ministère de la Culture des Arts et du tourisme. Le rendu de cette formation a eu lieu, ce 10 avril 2021 lors d’une cérémonie de clôture organisée conjointement avec l’association Dizenidani qui a aussi organisé, du 07 au 10 avril, sa 6e édition du Concours Dora. La cérémonie a été placée sous le patronage du ministre de la Culture des Arts et du tourisme, Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano et a connu la présence des autorités administratives, locales et coutumières et religieuses. 

Une mobilisation forte à l’occasion de la cérémonie de clôture.

Elles sont quatre vingt jeunes femmes et filles à prendre par à la formation en peinture murale traditionnelle kassena à la cour royale de Tiébélé du 06 mars au 02 avril 2021. Cette formation a permis de renforcer les capacités techniques de ses femmes en matière de peinture murale traditionnelle, un art ancestral des femmes du pays kassena. Chez les Kassena, la construction des maisons est à la charge des hommes tandis que l’esthétique et la propreté sont l’affaire des femmes.

A l’issue de la cérémonie de clôture, les bénéficiaires ont posé pour la postérité.

C’est pourquoi, cette formation qui a duré un mois à contribué à préparer une relève pour perpétuer cette tradition, non seulement, mais aussi à redonner à la cour royale de Tiébélé son éclat d’avant. Selon le président de l’ADD, Richard Badawê Akouabou, la venue de la ministre de la Culture des Arts et du tourisme à Tiébélé pour assister au rendu de ces activités témoigne son amour et son attachement à la Culture Kassena et celle du Burkina en général. Il a donc souhaité que le ministre de tutelle puisse accompagner permanemment ces initiatives qui entre dans le cadre de la protection, la pérennisation et la promotion de la culture burkinabé.

Richard B. Akouabou, président de L’ADD.

La ministre de la Culture des Arts et du tourisme, qui y a fait le déplacement ce jour-là, a été un témoin oculaire des œuvres réalisées dans ce cadre là. Elles s’est dite satisfaite des résultats obtenus. « Nous avons rassemblé aujourd’hui autour de nous, de jeunes femmes outillées, muselées et métamorphosées, qui détiennent un savoir ancestral qui trouve là l’occasion de vivre encore et encore« , sest réjoui la ministre. C’est pourquoi elle a tenu à traduire sa reconnaissance à l’ensemble des acteurs grâce à qui ces travaux ont été réalisés. Elle a par ailleurs invité les bénéficiaires de cette formation à transmettre à leurs tour les sciences et les expériences que leurs formatrices ont bien voulu partager avec elles. La première responsable de la Culture a aussi souhaité que des initiatives soient développées afin de garantir l’autonomie financière des femmes de cette localité du Burkina. Pour finir elle a fait noter que les difficultés égrainées seront prises en compte. « Les difficultés que vous avez égrener ne me laissent pas indifférente. Je prends note. Mais je ne dirai pas plus car les jours à vernir, vous le contasterez vous-même », a rassuré la ministre de la Culture.

L’ambiance était bonne entre la ministre de la Culture et le maire de commune Ataouguè Joël Aouè.

Pour le maire de la commune de Tiébélé, Ataouguè Joël Aouè, il a dit bien connaître Dr Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano pour l’avoir côtoyée à l’université et à l’Assemblée nationale quand ils étaient, tous les deux, députés. A l’en croire donc, il n’y a pas de doute sur les capacités de madame Ilboudo à gérer ce ministère et sait qu’elle aura un œil regardant sur Tiébélé qui est un réservoir de la Culture dans la région du Centre Sud. Pour mettre fin à la cérémonie, Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano a visité la cour royale avec l’ensemble de ses structures techniques présentes, les autorités et s’est prêtée à des séances de photos. Mais avant, elle a fait une remise symbolique de gadgets aux formatrices. La cérémonie était riche avec des prestations de troupes de danse de la localité.

Par Abatidan NASSARA

Cela peut vous intéresser

Laisser un commentaire